Aller au contenu

L’EUROPE ENTERRE SWIFT

ET DONC LE DOLLAR.
 
En recourant à la volonté d’étrangler la Russie par sa déconnexion du système de communication bancaire SWIFT, l’Union européenne favorise l’avenir du système CIPS (CrossBorder Interbank Payement Système) mis en place en 2015 par la Chine, lequel séduit de plus en plus les nations ne souhaitant plus être sous la botte de la dictature occidentale, ni celle du dollar. L’adoption du CIPS couronnera alors le Yuan au détriment du dollar sur lequel repose le SWIFT.
 
Cette mesure de déconnexion de la Russie du système Swift est d’autant plus absurde qu’elle n’est pas totale, puisque elle épargne les banques qui nous servent à payer le gaz russe que nous recevons. Par conséquent les banques déconnectées pourront toujours passer par les banques connectées en les utilisant comme chambres de compensation, et continuer ainsi à communiquer avec l’international, le relais interne étant assuré par le système interne russe.
 
Quant à la prise en otage des avoirs russes, cette mesure à caractère terroriste ne fera qu’accélérer le sentiment de rejet par tous les pays (de plus en plus nombreux) excédés par l’arrogance occidentale. 
 
Notons au passage, que le système SWIFT n’est pas un système de paiement, mais un système de communication. Élaboré pour faciliter les transactions, de fait, il ne les empêche pas. Ainsi le recours à ce stratagème nous informe sur l’incompétence de nos dirigeants en matière tout à la fois diplomatique, que stratégique, mais aussi technique.
C’est ainsi que, sans réellement s’en rendre compte, les grands empires creusent leur propre tombe et y sombrent allègrement dans la béatitude et une sorte d’autosatisfaction benête.
 
De plus, déconnectées du réseau SWIFT, les entreprises russes ne seront plus en mesure d’honorer leurs dettes,  mettant à mal leurs créanciers occidentaux (come la Société Générale par exemple) devenant victimes d’un retour de bâton.
 
Enfin, un vieux dicton dit « qu’il ne faut jamais provoquer un lion blessé », la Russie atteinte dans son économie intérieur n’hésitera pas à riposter. Une coupure de fournitures de gaz, pétrole, blé, et métaux précieux liés à l’électronique finirai par scier les jambes de l’institution européenne déjà sujette à de nombreuses hésitations et de nombreux paradoxes.
 
Et pour conclure, juste le rappel que la Chine vient de faire savoir qu’elle rachèterai tout le gaz éventuellement invendu de la Russie, qu’elle augmente ses commandes en pétrole russe, et… qu’elle interviendrait militairement en cas d’intervention militaire contre la Russie.
Fin du jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.